La lectio divina : un événement

Pour entrer dans l’esprit de la Lectio divina, avec l’éclairage de ceux qui nous y ont précédés

Ce contact fréquent avec la Bible est fondamental pour l’expérience chrétienne. Mais pour que ce contact soit ‘vivifiant’, il est nécessaire d’aborder la Bible d’une façon bien précise, celle que les anciens ont connu et décrite sous les traits de la ‘Lectio divina’, littéralement une lecture, non pas sur Dieu, mais qui communique avec Dieu (A. LOUF, Initiation à la vie spirituelle, Parole et Silence, p. 35)

Lorsqu’un chrétien approche de la Parole, disons en esprit de foi, un événement spirituel est sur le point de se produire, un événement dont son cœur est la cible. Car la Parole de Dieu est faite pour le cœur de l’homme, et le cœur de l’homme est fait pour la Parole de Dieu. (…) Si le lecteur fait attention à demeurer au niveau de son cœur, quelque chose se produira entre son cœur et la Parole. L’Esprit présent dans l’un reconnaîtra l’Esprit présent dans l’autre. (…) Il s’agit d’un Evénement avec une majuscule : l’Evénement de la Parole de Dieu qui soudain revêt à nouveau, dans le cœur d’un croyant, toute sa puissance de création et de renouveau (A. LOUF, Initiation à la vie spirituelle, Parole et Silence, pp. 36 et 37)

Lectio… Scruter le texte

Je voudrais aimer si profondément les mots que chacun me devînt une prière (P. Emmanuel)

Le désir aimant des mots a quelque chose à voir avec le désir de Dieu. Les mots lus et relus avec attention portent ma prière, soutiennent ma quête du Mystère. Par les mots, dans les mots, je cherche Dieu. Mon amour des mots s’appuie sur mon amour de Dieu, c’est Dieu que je cherche, Dieu au-dedans des mots en lesquels il s’est livré (Fr. Bernard-Joseph SAMAIN (cistercien trappiste d’Orval), Lire le Christ. L’amour des mots et le désir du Verbe, éd. Renaissance de Fleury, n°186, Gien, 1998, p. 7)

Je lis, je me délie de tout ce qui entravait mon essor. Je lis, je me relie à tous ceux qui ont connu ce texte et à ceux qui le découvriront après moi, autant qu’à l’écrivain qui nous l’a confié. Je renoue avec mon moi le plus intime, celui de l’enfance, comme je pose les jalons de demain. Je nidifie et j’édifie.

Je lis, je jouis. Je me réjouis dans la jubilation des réseaux de sens, je m’étonne et je m’émerveille. Je vais de surprise en surprise et je reconnais.

Je lis et la solitude recule, le souci s’éloigne. Autour de moi veillent tant de vivants. Ils sont passés par là, avant moi, en sont revenus. Je reviens, dispose. Je lis et le monde que je vois n’égale pas celui qui m’habite. (C. NYS-MAZURE, Célébration du quotidien, éd. DDB, Paris, 1997, p. 126)

Meditatio… Jusqu’à ruminer le texte

La méditation est une forme de prière par laquelle on pénètre dans les mots pour les ouvrir à Dieu Qui nous y donne rendez-vous. En méditant sur les textes religieux, on laisse les mots opérer leur rayonnement (A. VERGOTE, Sources et ressources de la prière, dans La prière du chrétien, Bruxelles, 1981, p. 79-81)

Isaac de Ninive nous apprend que ‘dans la méditation, les paroles acquièrent une suavité particulière et (que) l’on peut répéter interminablement la même parole sans en être lassé’. On reste sur le même texte et l’on n’avance pas, on n’a pas besoin d’autre chose, sinon de méditer toujours plus en profondeur en disant et en murmurant la même parole. Et ainsi la Parole de Dieu me parle, et la Parole me dit et me demande ce que hier elle ne me disait pas et ne me demandait pas. L’homme qui écoute la Parole s’élève à la dignité de ‘‘l’homme qui répond’’ au Créateur (E. BIANCHI, Prier la Parole, éd. Bellefontaine, 2014, p. 68)

Oratio… Laisser monter la prière

On entre ainsi en conversation avec Dieu dans l’esprit et l’attitude du texte, et notre prière ne peut qu’être agréée. La Parole est venue en nous, et maintenant elle retourne à Dieu sous forme de prière. Le ‘Quand tu écoutes, Dieu te parle ; quand tu pries, tu parles à Dieu’ d’Ambroise s’accomplit : le mouvement s’achève, il est complet.

Il s’agit là de la vraie prière chrétienne, une prière qui peut s’exprimer comme supplication, demande, intercession, louange, action de grâce ; elle peut donc connaître toutes les formes de la plénitude de la relation avec l’Autre, mais elle tire sa règle de l’Ecriture et elle est formée par la parole de Dieu et par l’Esprit qui est à l’origine de cette Parole et qui a présidé à son Incarnation (E. BIANCHI, Prier la Parole, éd. Bellefontaine, 2014, p. 69)

Contemplatio… Laisser Dieu prier en nous

Quant à la contemplatio, elle ne se commande pas ! On la reçoit, quelquefois, plutôt rarement, par grâce. Autant on peut dire qu’on va, de tel moment à tel autre, se consacrer à l’oratio, autant il serait présomptueux de dire semblablement qu’on va ‘contempler’ durant une même période. C’est un surcroît d’amour que Dieu nous offre, quand il veut bien, malgré nous, nous ouvrir à une dimension éclatante de son amour pour l’humanité, de sa volonté miséricordieuse d’aimer absolument tous les hommes, en se donnant à chacun jusqu’au bout du don… (B. LOBET, Dans la solitude et le silence)

Et, pour celui qui fréquente avec assiduité et détermination la Parole de Dieu, il va de soi qu’il va naturellement chercher à la mettre en pratique.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :